“Il faut rappeler qu’aucun médecin régulateur n’est seul  … Le travail avec les permanenciers est celui d’une vraie d’équipe. C’est rassurant.”

Pouvez vous vous présenter en quelques mots s’il vous plait?

Je m’appelle Catherine, je suis médecin généraliste remplaçante en zone rurale dans l’Ouest du département en bordure du Gers.

Ma façon d’envisager la vie, mon métier et mon enthousiasme m’ont amenée à travailler comme médecin dans des situations extrêmement variées, aussi bien dans des pays aux cultures très différentes, qu’en médecine rurale, en médecine d’isolat dans le grand nord, dans l’humanitaire (zone tropicale, de montagne, de guerre), médecine hospitalière, avant de revenir à la médecine générale.
J’ai notamment exercé plusieurs années dans un service d’urgence pédiatrique.

Depuis combien de temps assurez vous ces permanences de régulation ?

Je régule la permanence des soins depuis une dizaine d’années.
J’exerce également le rôle du médecin de garde de secteur de temps à autre.

Au début, j’ai été formée en duo en écoute avec un régulateur expérimenté, il est clair que l’interrogatoire est le même que celui d’une consultation en cabinet, précis, structuré, extrêmement rigoureux pour tenter de “compenser les yeux et les mains qu’on n’a pas», de façon à repérer les urgences graves.

C’est aussi en cela que la formation est parfaitement adaptée, en complément des séminaires annuels et des formations thématiques permettant d’échanger avec des intervenants spécialisés, l’encadrement des médecins débutants en régulation est disponible à tout moment. Il existe également des sessions d’écoute des bandes qui permettent à posteriori de partager les expériences des autres médecins régulateurs.

Pouvez vous nous en dire davantage sur votre expérience de la permanence des soins?

Il faut rappeler qu’aucun médecin régulateur n’est seul, que chacun peut échanger des avis avec ses confrères sur place si nécessaire, y compris avec les urgentistes régulateurs du SAMU car nous travaillons dans leurs locaux et en relation étroite. Le travail avec les permanenciers est également celui d’une vraie d’équipe. C’est rassurant.

La réponse que nous donnons au patient est la plupart du temps un conseil, avec éventuellement un rappel pour prendre de ses nouvelles et orienter la décision suivante. Lorsque cela est nécessaire, nous organisons une consultation avec le médecin de garde de secteur, parfois l’envoi d’une ambulance, et parfois le transfert du dossier à l’urgentiste, en fonction du degré d’urgence.

J’ajouterais que la rémunération est attrayante et complète bien les remplacements et que les plages horaires sont cadrées et connues à l’avance ce qui permet de s’organiser facilement.